Bienvenue à Monique, point focal au CIFDHA (Burkina Faso)

Monique a été nommée comme point focal pour coordonner le Cod action Burkina. Elle a donc la responsabilité de faire le lien entre le Codap et le CIFDHA dans la mise en œuvre des activités du parcours Codap au Burkina Faso.

Je suis titulaire d’une maitrise en droit des affaires et d’un certificat en droit transnational. Après mon cursus universitaire, j’ai fait un stage de trois mois au Ministère des Droits Humains et de la Promotion Civique dans le département de la Direction du suivi des Accords Internationaux. J’ai ensuite été stagiaire en charge d’assister le chargé de projet à ECPAT France pour la mise en œuvre des activités du projet VISA (Voyager, Informer, Sensibiliser, Agir) et du projet REPERS (Renforcement de la Protection des Enfants victimes et à Risque d’exploitation Sexuelle en Afrique de l’Ouest) par les partenaires.

A noter que le projet VISA est un projet de renforcement des capacités de mise en réseau des acteurs privés, publics et de la société civile dans la lutte contre l’exploitation sexuelle des enfants à des fins commerciales. J’ai en outre été Animatrice des ateliers terristorries dans les communes de Nako, Bouroum-Bouroum et Dissin dans le cadre du diagnostic socio-foncier et planification participative REDD+ dans 32 communes du Burkina Faso au profit du Programme d’Investissement Foncier (PIF).

J’ai aussi pris part à des études avec IPA (Innovation for Poverty Actions) ; j’ai été désignée comme agent contrôleuse de qualité et formatrice pour le projet BFAB (Burkina Family Aspirations and Behaviors) : mieux comprendre les facteurs qui influencent les familles Burkinabé(en milieu rural) sur leurs choix de naissances.

J’ai enfin été chargée de soutien à la réalisation d’outils audiovisuels pour la formation d’assistants sociaux, de magistrats et de policiers (projet IBCR) pour le compte de HAA (Human After All).

J’ai toujours été attirée par ce tout ce qui touche les Droits Humains de façon générale. Aussi, consciente que la promotion et la protection de ces droits est l’œuvre de tous et de chacun, j’ai voulu apporter ma pierre au processus renforcement des capacités des jeunes défenseurs des droits humains en Afrique.